Exploitants agricoles : le pari du collectif pour des économies et une meilleure organisation

Agriculture : quand les exploitants font le pari du collectif
          Dans le monde agricole, les exploitants sont de plus en plus nombreux à se regrouper en GAEC, un Groupement Agricole d’Exploitation en Commun. Ce statut a plusieurs avantages, dont ceux de diviser les tâches et faire des économies. Exemple dans la Vienne.

Dans le domaine de l’agriculture, de plus en plus de cultivateurs choisissent de former des Groupements Agricoles d’Exploitation en Commun (GAEC). Cette forme juridique présente divers avantages, tels que la répartition des tâches et la possibilité de réaliser des économies. Un exemple concret de cette pratique peut être observé dans le département de la Vienne.

Une nouvelle approche de l’exploitation agricole à Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers

À Saint-Gervais-Les-Trois-Clochers, dans la Vienne, une exploitation agricole est dirigée par cinq associés, parmi lesquels se trouve Sandrine Paulin, 45 ans, la dernière à avoir rejoint l’aventure. Son rôle est de transformer le lait. Pour cette ancienne employée de supermarché, se lancer seule dans cette aventure était impensable. « Je ne viens pas du milieu agricole (…), donc cela aurait été très difficile pour moi« , affirme-t-elle. Chaque midi, les associés se retrouvent pour partager un repas.

La ferme est la propriété de Bruno et Hélène Joly. Il y a cinq ans, ils ont décidé de transformer son statut juridique en GAEC (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) pour alléger leurs charges.

Une répartition des tâches pour moins de stress et plus d’économies

« Depuis que nous sommes cinq, lorsque nous rencontrons des problèmes avec des employés ou des soucis techniques, nous sommes plusieurs à réfléchir et c’est moins difficile à gérer« , explique Hélène. « Nous nous soutenons mutuellement« , complète Bruno. Ensemble, ils partagent les coûts et bénéficient des aides, ce qui leur permet de dégager 2 500 euros nets chacun. « Nous partageons le matériel, de nombreuses choses. Et lorsque nous partageons, nous réalisons des économies« , explique Bruno.

Dans un autre GAEC, c’est le partage des efforts qui a séduit les six associés. Ils ont également plus de temps libre, chaque membre disposant d’un week-end sur trois et de trois semaines de vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut