Pratique pédagogique bouleversée par l’intelligence artificielle

"L'intelligence artificielle bouleverse ma pratique pédagogique"
          Tout l'été, on interroge des salariés, des indépendants, des chefs d'entreprise sur leur rapport aux Intelligences artificielles génératives. Comment les utilisent-ils, comment modifient-elles leur pratique professionnelle ? Aujourd'hui, Hadrien Courtemanche, professeur de français.

Durant la période estivale, de nombreux professionnels tels que des salariés, des travailleurs indépendants ou des chefs d’entreprise sont interrogés sur la manière dont ils perçoivent et utilisent les Intelligences Artificielles génératives dans leur domaine d’activité. Ces technologies ont un impact significatif sur leurs pratiques professionnelles, mais comment exactement ? Aujourd’hui, notre attention se porte sur Hadrien Courtemanche, un enseignant de français qui partage son expérience et son point de vue sur le sujet.

Hadrien Courtemanche, un professeur confronté à l’intelligence artificielle générative

Hadrien Courtemanche, âgé de 33 ans, enseigne le français depuis une décennie à des élèves de seconde et de première au lycée Benjamin Franklin à Orléans. En parallèle, il anime des ateliers d’écriture à l’université. C’est il y a environ un an qu’il a découvert l’intelligence artificielle générative à travers ChatGPT.

« Mon premier réflexe, c’est de la peur et de l’angoisse, parce que l’intelligence artificielle générative est capable de créer du contenu intellectuel. C’est un concurrent de poids, qui ne s’épuise pas, qui a des capacités hors norme, et un accès à une masse d’informations, que nous ne pouvons pas posséder ».

Hadrien Courtemanche

Professeur de français

Mais ce n’est qu’à la rentrée 2023 que l’IA générative a réellement perturbé sa pratique pédagogique, lors de la correction des dissertations faites à domicile par ses élèves de première.

« J’ai rapidement remarqué que certains élèves, bien qu’ayant un niveau correct, me rendaient des copies avec des formulations et des structures argumentatives qui ne correspondaient pas à ce qu’ils étaient capables d’utiliser en classe. Cela m’a alerté, j’ai effectué des recherches et j’ai retrouvé des schémas identiques dans ChatGPT. Lorsque je discute avec les élèves, certains avouent avoir utilisé la machine en toute bonne foi, affirmant que c’était plus pratique et rapide ! Cette expérience a été terrifiante. »

Notions de plagiat, d’honnêteté intellectuelle et d’effort dans l’apprentissage

Pour sensibiliser ses élèves, Hadrien Courtemanche a organisé une séance sur les notions de plagiat, d’honnêteté intellectuelle et d’effort dans l’apprentissage. Les résultats ont été mitigés, et pour la rentrée suivante, il envisage une décision radicale.

« Je pense que je ne donnerai plus de devoirs à la maison, car nous recevons des copies générées par autre chose qu’un élève. La situation devient dramatique, car nous n’avons plus les bons outils pour évaluer leur travail. Je ne sais plus si j’évalue un élève ou une machine, je ne sais plus comment suivre leur progression. Dans mon cas, je vais devoir renoncer à certains devoirs à la maison, qui faisaient partie de ma méthode pédagogique, afin de leur permettre de vraiment assimiler les exercices donnés. »

« Ce qui est certain, c’est que c’est une question qui inquiète. On en parle beaucoup, plus encore entre les professeurs de lettres. Il y a une symbolique derrière notre discipline. On se sent beaucoup plus attaqués que nos collègues de sciences dures. »

Hadrien Courtemanche

Ce professeur de français se sent démuni face à l’IA

« L’Éducation nationale fait ce qu’elle peut », déclare-t-il, mais il aimerait voir les enseignants être formés aux intelligences artificielles pour anticiper certains risques et apprendre à collaborer avec elles. « Le manque de soutien alimente grandement ce sentiment d’angoisse », affirme-t-il. Selon lui, ce sujet est loin d’être anodin, car il va profondément transformer les pratiques et la relation au métier d’enseignant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut