50 ans du GIGN : prise otages vol Alger-Paris 1994, 54 heures d’angoisse à la veille de Noël

50 ans du GIGN : retour sur la prise d’otages sur un vol Alger-Paris en 1994
          Le GIGN célèbre ses 50 ans d’existence, vendredi 1er mars. Retour sur 54 heures d’angoisse à la veille de Noël en 1994, lorsqu’un groupe terroriste retient en otage des passagers d’un vol Alger-Paris.

Le GIGN commémore son demi-siècle d’existence ce vendredi 1er mars. L’occasion de se remémorer un épisode marquant de son histoire : les 54 heures de tension à la veille de Noël en 1994, lorsque des membres d’un groupe terroriste ont pris en otage les passagers d’un vol reliant Alger à Paris.

Prise d’otages d’un avion Alger-Paris en 1994

En 1994, un groupe terroriste a pris en otage des passagers d’un avion qui reliait Alger (Algérie) à Paris. Sur des archives, on peut voir des gendarmes d’élite s’introduisant dans l’avion, avant un affrontement très violent de 17 minutes. Ce 24 décembre 1994, à Alger, quatre terroristes du groupe islamique armés montent à bord d’un Airbus A300. Ils réclament la libération de deux de leurs chefs et exigent de décoller. Les négociations patinent. Le commando libère 63 passagers, mais en exécute trois, dont un policier en civil et le cuisinier de l’ambassade de France.

54 heures de prise d’otages

Le gouvernement français obtient d’Alger qu’il laisse l’avion décoller pour reprendre la main. Il ira en direction de Marseille (Bouches-du-Rhône), où le GIGN vient de se positionner. Les gendarmes savent que l’opération sera très compliquée. Pendant que les négociations se poursuivent, le GIGN s’entraîne dans un airbus identique. Après 54 heures de prises d’otages, l’assaut est lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut