cas

Fin de vie, protection de l'enfance, Nouvelle-Calédonie... Ces projets de loi et travaux parlementaires à l'arrêt après la dissolution de l'Assemblée nationale
          L'article 12 de la Constitution prévoit que l'examen de tous les projets et propositions de loi, ainsi que les commissions d'enquête, sont suspendus en cas de dissolution. Leur éventuelle reprise dépendra du résultat des prochaines législatives.

Projet de loi en suspens après dissolution de l’Assemblée nationale en Nouvelle-Calédonie

Après la dissolution de l’Assemblée nationale en Nouvelle-Calédonie, plusieurs projets de loi et travaux parlementaires se retrouvent à l’arrêt. En effet, l’article 12 de la Constitution prévoit que l’examen de tous les projets et propositions de loi, ainsi que les commissions d’enquête, sont suspendus en cas de dissolution.

Parmi les projets de loi concernés figurent des textes relatifs à la fin de vie et à la protection de l’enfance. Ces sujets sensibles nécessitent une attention particulière de la part des parlementaires, mais pour l’instant, leur examen est reporté.

La reprise de ces travaux dépendra donc du résultat des prochaines élections législatives. En attendant, les citoyens et les acteurs concernés devront patienter avant de voir ces projets de loi aboutir.

Selon l’article 12 de la Constitution, en cas de dissolution, l’examen de tous les projets et propositions de loi ainsi

Projet de loi en suspens après dissolution de l’Assemblée nationale en Nouvelle-Calédonie

Après la dissolution de l’Assemblée nationale en Nouvelle-Calédonie, plusieurs projets de loi et travaux parlementaires se retrouvent à l’arrêt. En effet, l’article 12 de la Constitution prévoit que l’examen de tous les projets et propositions de loi, ainsi que les commissions d’enquête, sont suspendus en cas de dissolution.

Parmi les projets de loi concernés figurent des textes relatifs à la fin de vie et à la protection de l’enfance. Ces sujets sensibles nécessitent une attention particulière de la part des parlementaires, mais pour l’instant, leur examen est reporté.

La reprise de ces travaux dépendra donc du résultat des prochaines élections législatives. En attendant, les citoyens et les acteurs concernés devront patienter avant de voir ces projets de loi aboutir.
Lire la suite »

Ce que l'on sait de l'arrestation en Russie du Français Laurent Vinatier, soupçonné par Moscou de récolter des informations militaires
          Collaborateur d'une ONG suisse, ce chercheur a été arrêté jeudi pour violation d'une loi russe sur les "agents de l'étranger". Emmanuel Macron a assuré qu'"en aucun cas" il "n'était quelqu'un qui travaillait pour la France".

Arrestation en Russie de Laurent Vinatier, soupçonné d’espionnage militaire

Un chercheur français du nom de Laurent Vinatier a été arrêté en Russie pour des soupçons de collecte d’informations militaires. Il était collaborateur d’une ONG suisse et a été arrêté pour avoir enfreint une loi russe sur les « agents étrangers ». Le Président Emmanuel Macron a précisé que Vinatier ne travaillait en aucun cas pour la France.

Un membre d’une organisation non gouvernementale suisse a été interpellé jeudi pour avoir enfreint une loi russe concernant les « agents

Arrestation en Russie de Laurent Vinatier, soupçonné d’espionnage militaire

Un chercheur français du nom de Laurent Vinatier a été arrêté en Russie pour des soupçons de collecte d’informations militaires. Il était collaborateur d’une ONG suisse et a été arrêté pour avoir enfreint une loi russe sur les « agents étrangers ». Le Président Emmanuel Macron a précisé que Vinatier ne travaillait en aucun cas pour la France.
Lire la suite »

Reportage



  

  
  

      

  

  
    "Ne pas prendre la fuite, ne pas courir, ne pas caresser le chien" : des facteurs de La Poste se forment pour éviter les morsures
          Les morsures de chien sont la troisième cause d'accident du travail pour les facteurs. 2 000 d'entre eux sont mordus chaque année dans le cadre de leur tournée. La Poste organise des formations pour leur apprendre les bons gestes à adopter.

Les facteurs de La Poste sont formés pour prévenir les morsures de chien

Les morsures de chien sont un problème fréquent pour les facteurs de La Poste. Chaque année, environ 2 000 d’entre eux sont victimes de ces attaques pendant leur tournée. Pour faire face à ce danger, l’entreprise organise des formations pour apprendre aux employés les bonnes pratiques à adopter.

L’une des principales règles à suivre est de ne pas prendre la fuite en cas de rencontre avec un chien agressif. Il est également important de ne pas courir, car cela pourrait exciter davantage l’animal. Enfin, il est recommandé de ne pas caresser un chien inconnu, car cela peut être interprété comme une menace.

Ces formations visent à sensibiliser les facteurs aux risques liés aux chiens et à leur apprendre comment réagir de manière adéquate en cas de danger. En suivant ces conseils, les employés de La Poste peuvent réduire le risque de morsures et assurer leur sécurité lors de leurs tournées.

Les accidents du travail liés aux morsures de chiens constituent un véritable problème pour les facteurs, se classant en troisième

Les facteurs de La Poste sont formés pour prévenir les morsures de chien

Les morsures de chien sont un problème fréquent pour les facteurs de La Poste. Chaque année, environ 2 000 d’entre eux sont victimes de ces attaques pendant leur tournée. Pour faire face à ce danger, l’entreprise organise des formations pour apprendre aux employés les bonnes pratiques à adopter.

L’une des principales règles à suivre est de ne pas prendre la fuite en cas de rencontre avec un chien agressif. Il est également important de ne pas courir, car cela pourrait exciter davantage l’animal. Enfin, il est recommandé de ne pas caresser un chien inconnu, car cela peut être interprété comme une menace.

Ces formations visent à sensibiliser les facteurs aux risques liés aux chiens et à leur apprendre comment réagir de manière adéquate en cas de danger. En suivant ces conseils, les employés de La Poste peuvent réduire le risque de morsures et assurer leur sécurité lors de leurs tournées.
Lire la suite »

Projet de loi agricole : "Ce n'est pas un permis de détruire la nature", se défend le ministre de l'Agriculture
          Critiqué notamment sur la révision l'échelle des peines en cas d'atteinte à l'environnement, Marc Fesneau défend une "gradation en fonction de l'intentionnalité".

Ministre de l’Agriculture défend le projet de loi agricole critiqué pour son impact sur l’environnement

Le projet de loi agricole a récemment suscité des critiques, notamment en ce qui concerne la révision de l’échelle des peines en cas d’atteinte à l’environnement. Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a tenu à se défendre en expliquant qu’il s’agissait d’une « gradation en fonction de l’intentionnalité ».

Selon le ministre, il est important de prendre en compte l’intention derrière les actes nuisibles à l’environnement. Il souhaite ainsi mettre en place des peines adaptées en fonction du degré de responsabilité des personnes impliquées. Il insiste sur le fait que ce projet de loi n’est en aucun cas un « permis de détruire la nature », mais vise au contraire à responsabiliser les acteurs du secteur agricole.

Marc Fesneau rappelle également que l’objectif de ce projet de loi est de promouvoir une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Il met en avant les mesures prévues pour favoriser l’agroécologie et réduire l’utilisation de produits nocifs pour la nature. Le ministre souligne l’importance de concilier production agricole et préservation de l’environnement pour assurer un développement durable.

En conclusion, le ministre de l’Agriculture défend son projet de loi en insistant sur la nécessité de mettre en place des mesures adaptées pour protéger l’environnement tout en garantissant la pérennité du secteur agricole. Il invite les acteurs concernés à participer activement à la transition vers une agriculture plus respectueuse de la nature.

Marc Fesneau est sous le feu des critiques concernant sa proposition de réviser l’échelle des peines en cas d’atteinte à

Ministre de l’Agriculture défend le projet de loi agricole critiqué pour son impact sur l’environnement

Le projet de loi agricole a récemment suscité des critiques, notamment en ce qui concerne la révision de l’échelle des peines en cas d’atteinte à l’environnement. Le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau, a tenu à se défendre en expliquant qu’il s’agissait d’une « gradation en fonction de l’intentionnalité ».

Selon le ministre, il est important de prendre en compte l’intention derrière les actes nuisibles à l’environnement. Il souhaite ainsi mettre en place des peines adaptées en fonction du degré de responsabilité des personnes impliquées. Il insiste sur le fait que ce projet de loi n’est en aucun cas un « permis de détruire la nature », mais vise au contraire à responsabiliser les acteurs du secteur agricole.

Marc Fesneau rappelle également que l’objectif de ce projet de loi est de promouvoir une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Il met en avant les mesures prévues pour favoriser l’agroécologie et réduire l’utilisation de produits nocifs pour la nature. Le ministre souligne l’importance de concilier production agricole et préservation de l’environnement pour assurer un développement durable.

En conclusion, le ministre de l’Agriculture défend son projet de loi en insistant sur la nécessité de mettre en place des mesures adaptées pour protéger l’environnement tout en garantissant la pérennité du secteur agricole. Il invite les acteurs concernés à participer activement à la transition vers une agriculture plus respectueuse de la nature.
Lire la suite »

Choléra à Mayotte : comment s'organise la vaccination pour tenter d'endiguer l’épidémie ?
          Plus de 4 000 cas contacts ont été vaccinés dans l'archipel. Près de 100 cas de choléra ont été recensés depuis la mi-mars.

Vaccination contre le choléra à Mayotte pour lutter contre l’épidémie : plus de 4 000 cas contacts vaccinés
Depuis la mi-mars, près de 100 cas de choléra ont été signalés à Mayotte. Pour endiguer l’épidémie, une campagne de vaccination a été lancée dans l’archipel. Plus de 4 000 cas contacts ont été vaccinés jusqu’à présent. Cette mesure vise à limiter la propagation de la maladie et à protéger la population contre le choléra. Les autorités sanitaires de Mayotte mettent en place des stratégies pour organiser au mieux la vaccination et sensibiliser la population à l’importance de se faire vacciner. Il est essentiel de prendre des mesures préventives pour lutter contre le choléra et éviter une propagation plus importante de la maladie.

Dans l’archipel, plus de 4 000 personnes qui ont été en contact avec des cas de choléra ont reçu le

Vaccination contre le choléra à Mayotte pour lutter contre l’épidémie : plus de 4 000 cas contacts vaccinés
Depuis la mi-mars, près de 100 cas de choléra ont été signalés à Mayotte. Pour endiguer l’épidémie, une campagne de vaccination a été lancée dans l’archipel. Plus de 4 000 cas contacts ont été vaccinés jusqu’à présent. Cette mesure vise à limiter la propagation de la maladie et à protéger la population contre le choléra. Les autorités sanitaires de Mayotte mettent en place des stratégies pour organiser au mieux la vaccination et sensibiliser la population à l’importance de se faire vacciner. Il est essentiel de prendre des mesures préventives pour lutter contre le choléra et éviter une propagation plus importante de la maladie.
Lire la suite »

Retour en haut