Systovi, fabricant français de panneaux solaires, ferme ses portes et accuse le « dumping chinois »

Panneaux solaires : le fabricant français Systovi met la clé sous la porte et dénonce un "dumping chinois"
          La France tente de résister à la concurrence chinoise. Elle essaie de lancer sa propre filière photovoltaïque, mais elle est très en retard. Essentiellement composée de PME, elle ne fait pas le poids face aux géants chinois.

En France, on constate actuellement une tentative de prendre le dessus sur la concurrence chinoise dans le domaine du photovoltaïque. Malheureusement, malgré les efforts déployés pour développer une filière nationale, le pays est en retard sur les géants chinois qui dominent largement le marché. En effet, la filière photovoltaïque française est principalement constituée de petites et moyennes entreprises, ce qui la place en position de faiblesse face aux mastodontes chinois. La bataille pour s’imposer sur ce marché mondial s’annonce donc difficile pour la France.

Impact de la concurrence chinoise sur la filière photovoltaïque française

La pression de la concurrence chinoise se fait ressentir sur la filière photovoltaïque française, comme en témoigne la fermeture de l’entreprise Systovi, fabricant français de panneaux solaires. Malgré la demande croissante pour ce type de produit, la petite PME française n’a pas réussi à rivaliser avec les fabricants chinois, notamment en raison de la surcapacité de production en Chine.

Cette concurrence chinoise s’est intensifiée en raison de la surcapacité de production du pays, entraînant une baisse des prix pour écouler les stocks. De plus, la fermeture des frontières américaines aux panneaux solaires chinois a poussé ces fabricants à se tourner vers le marché européen, dernier grand marché ouvert. Face à cette concurrence, des entreprises comme Systovi se retrouvent dans une situation délicate, incapable de rivaliser.

Les défis de la filière photovoltaïque française

La France tente de développer sa propre filière photovoltaïque, mais se trouve en retard par rapport aux concurrents asiatiques. Les panneaux solaires français sont principalement fabriqués par de petites entreprises, comme Systovi, qui ne bénéficient pas des économies d’échelle des grands acteurs. Le gouvernement français, à travers des investissements importants, cherche à soutenir cette filière en ouvrant deux giga usines d’ici deux ans, mais la France restera dépendante de l’importation de panneaux solaires, principalement en provenance de Chine.

La question de l’indépendance de l’Union européenne face à la concurrence asiatique est au cœur des débats lors du sommet européen à Bruxelles, notamment en ce qui concerne les secteurs des panneaux solaires, des batteries électriques, des semi-conducteurs, du numérique, de l’intelligence artificielle et de la construction navale. Cette problématique soulève des enjeux majeurs pour l’avenir de l’industrie européenne et la présence d’Emmanuel Macron à ce sommet témoigne de l’importance de ces enjeux pour la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut