PDG Michelin annonce salaire « décent » pour 132 000 salariés

"Un salaire suffisant pour quatre individus" : le PDG de Michelin annonce un salaire "décent" pour tous ses employés
          La direction du groupe de pneumatiques a annoncé mercredi la mise en place d'un salaire "décent" pour ses 132 000 salariés dans le monde.

Mercredi, les responsables de l’entreprise de pneumatiques ont déclaré leur intention d’instaurer un salaire considéré comme « décent » pour l’ensemble de leurs 132 000 employés répartis à travers le monde.

Une politique salariale équitable chez Michelin

Florent Menegaux, président du groupe Michelin, a justifié jeudi 18 avril sur France Bleu Pays d’Auvergne la mise en place d’un salaire décent pour les 132 000 salariés de l’entreprise à travers le monde. Il a souligné l’importance de ne pas baser les résultats de l’entreprise sur des salaires trop bas.

Instaurer un salaire minimum pour tous les salariés

Dès le début de la pandémie de Covid-19, le groupe Michelin s’est engagé à protéger ses employés à travers le monde. Florent Menegaux a souligné que la France dispose de dispositifs tels que le chômage partiel qui protègent les salariés en cas de baisse d’activité. Cela a conduit l’entreprise à se questionner sur la cohérence de ses grilles de salaires par rapport à ses valeurs.

Le président du groupe de pneumatiques estime qu’un salaire minimum ne permet pas de subvenir aux besoins d’une famille. Il a précisé que la médiane des salaires des catégories les plus basses chez Michelin est supérieure au salaire minimum, notamment à Clermont-Ferrand et à Paris.

Des écarts de salaires persistants selon un syndicaliste

Laurent Bador, délégué CFDT chez Michelin, a réagi à la décision de l’entreprise en soulignant que malgré les efforts de partage, les écarts de salaires entre les plus bas et les plus hauts salaires demeurent importants. Il a insisté sur la nécessité de vérifier que tous les salariés de Michelin bénéficient d’un salaire décent, quel que soit leur poste.

Bien que saluant cette décision, le délégué CFDT a souligné que les primes varient en fonction des fonctions. Il a regretté que les agents de fabrication ne bénéficient pas de la même augmentation de rémunération que les cadres et que l’écart de rémunération entre les deux catégories peut atteindre jusqu’à 5 fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut